Les étapes de la réforme : ce qui change en 2019

jean-luc Jacquin/ février 22, 2019/ Non classé

Le 21 décembre, le ministère du Travail présentait à la presse les grands enjeux et changements prévus en 2019. Pour cette année d’exécution des réformes de l’apprentissage et de la formation professionnelle, qui nécessiteront un changement des mentalités, le gouvernement entend mettre l’accent sur l’accompagnement des acteurs.

Première année de la mise en œuvre de la loi « Avenir professionnel », 2019 sera marquée par la création de nouvelles instances de gouvernance, l’entrée en vigueur du CPF monétisé et l’ouverture du marché de l’apprentissage.

Création de France compétences

La création de France Compétences le 1er janvier 2019 donne le coup d’envoi de la mutation du système de la formation et de l’apprentissage. Cette instance nationale quadripartite assure désormais des missions stratégiques de régulation. Ses fondations ayant été posées dès mi-octobre avec la nomination de Stéphane Lardy comme préfigurateur, France Compétences s’attelle à trois chantiers prioritaires : « Déterminer la répartition des fonds issus des contributions obligatoires des entreprises, organiser la convergence des règles de prise en charge des contrats d’apprentissage fixés par les branches professionnelles et lancer l’appel d’offres des opérateurs du conseil en évolution professionnelle (CEP)  », indiquait Alain Druelles, conseiller à la formation professionnelle et à l’apprentissage au ministère du Travail, qui intervenait lors d’une matinée organisée par Centre Inffo mi-décembre.

Une dizaine d’opérateurs de compétences

Autour de ce pilier de la gouvernance, les Opca doivent achever leur transformation d’ici au 1er avril 2019. Durant la première quinzaine de janvier, le gouvernement examinera les propositions soumises par les branches. Si le champ de l’Opco est jugé incohérent, les branches auront deux mois pour faire une nouvelle proposition, et le gouvernement arrêtera sa décision définitive entre le 15 mars et le 1er avril. C’est au 1er avril en effet que tous les agréments des opérateurs de compétences seront délivrés. Ces nouveaux organismes paritaires doivent sans attendre remplir de nouvelles missions : accompagner les entreprises de moins de 50 salariés dans le développement des compétences, renforcer leur appui aux branches dans l’analyse des besoins et l’évolution des certifications professionnelles, et enfin financer les premières ouvertures de CFA ou sections d’apprentissage non conventionnés par les Régions.

Source : https://www.actualite-de-la-formation.fr/une-du-sommaire/une-de-2019/les-etapes-de-la-reforme-ce-qui-change-en-2019.html?

Share this Post