Fibre optique : les collectivités doivent accélérer son déploiement

jean-luc Jacquin/ mars 20, 2018/ Non classé

En 2018, 3 millions de prises supplémentaires

Les objectifs du plan France THD sont ambitieux. Emmanuel Macron a promis que l’intégralité du territoire serait couverte en très haut débit d’ici la fin de l’année 2022. Alors tout le monde accélère les déploiements, y compris les RIP. Elles se chargent de raccorder les zones peu denses à la fibre optique.

Pour la septième année consécutive se sont tenus à Deauville les États généraux des RIP (Réseaux d’Initiative Publique). L’occasion pour Guillaume Mellier, responsable de la fibre optique au sein de l’Arcep, de faire le point sur les déploiements effectués et à venir, en présence des représentants des principaux RIP français. Rappelons que ces réseaux ont pour but de favoriser l’installation de la fibre optique en zones peu denses, délaissées par les grands opérateurs faute de rentabilité. C’est la raison pour laquelle seulement 1,2 million de prises raccordables à la fibre optique se trouvent dans les zones rurales, sur environ 10 millions de prises FttH déployées en France.

Les choses devraient néanmoins accélérer, car tout le monde souhaite aller plus vite. Même si parfois les collectivités tardent à débloquer les fonds pour lancer les travaux. Antoine Darodes, directeur de l’Agence du numérique, reste optimiste. « En 2018, 3 millions de prises raccordables supplémentaires seront installées. Cela représente en moyenne 12 000 locaux et habitations fibrées chaque jour », a-t-il précisé. Pourtant, dans tous les classements de débits européens, l’Internet fixe français arrive en queue de peloton. « Un retard qu’il faut relativiser« , clame Pierre-Michel Attali, directeur des territoires numériques pour l’Idate.

Pour lui, cette situation s’explique facilement. La densité de population en France est inférieure à celle de la plupart des pays européens. Le réseau câblé est moins développé et le réseau cuivre des câbles téléphoniques est vieillissant. Pierre-Michel Attali explique que cela pourrait néanmoins rapidement s’inverser. « Si les engagements du plan Très Haut Débit sont respectés, on atteindra 80 % d’ici cinq ans et la France sera largement devant ses voisins« , promet-il.

Pourtant, bien qu’il soit en passe d’atteindre sa pleine vitesse. Le plan France THD pourrait avoir à faire face à des imprévus gênants. Le plus important d’entre eux étant la disponibilité de la fibre optique dont le prix de gros a augmenté de 20 % en un an. Les approvisionnements sont de plus en plus difficiles, imposant des délais d’attente de l’ordre de 9 à 12 mois. Pierre-Michel Attali précise d’ailleurs qu’en 2018, China Mobile aura a lui seul besoin d’une quantité de fibre optique deux fois supérieure aux besoins américains et européens cumulés.

Source : https://www.lesnumeriques.com/vie-du-net/fibre-optique-collectivites-doivent-accelerer-son-deploiement-n72503.html