Le coût du plan très haut débit va passer de 20 milliards à 35 milliards d’euros

La Cour des comptes estime aussi que l’objectif de raccordement de 2022 ne sera pas tenu.

Une gabegie, doublée d’un retard important. C’est le constat de la Cour des comptes, qui a examiné le plan très haut débit du gouvernement. Lancé en grande pompe par François Hollande en février 2013, ce programme prévoit de raccorder 35 millions de locaux (foyers et entreprises) à l’Internet haut débit d’ici à 2022, dont 80 % en fibre optique, cette technologie qui offre des débits supérieurs à 100 mégabits par seconde.

Or, selon les magistrats financiers, ce plan, initialement estimé à 20 milliards d’euros, coûtera en réalité 35 milliards. D’où vient cette différence ? Tout d’abord d’une sous-estimation des frais à engager. Le gouvernement n’a pas tenu compte du raccordement de l’abonné, qui porte la facture réelle à 24,5 milliards d’euros.

Selon la Cour des comptes, 24,5 milliards d’euros permettraient de tenir jusqu’à 2022. Mais à cette date, la France sera loin d’être couverte. Il restera à raccorder 7 millions de prises dans les « réseaux d’initiatives publiques » (RIP), financés en grande partie par les collectivités locales et l’Etat. Ces RIP sont censés équiper dans les campagnes 47 % de la population française. Si le plan du gouvernement, qui couvrait 50 % de la population fin 2016, a pris de l’avance, le plus dur reste à venir, puisqu’il s’agit d’équiper en fibre les hameaux inaccessibles et les fermes isolées.

Au final, la facture dans les zones les moins denses du territoire devrait atteindre 24 milliards, soit 10 milliards de plus qu’anticipé. Pour ces campagnes, où rentabiliser un réseau est très complexe pour un opérateur télécoms, le gouvernement a confié le pilotage des projets d’infrastructures aux collectivités locales. En région ou dans les départements, la moitié des financements provient de fonds publics (apportés par l’Etat et les collectivités), tandis que le solde est réglé par des cofinancements privés et les recettes issues de ces nouveaux réseaux publics.

Source : http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/01/31/le-cout-du-plan-tres-haut-debit-va-passer-de-20-milliards-a-35-milliards-d-euros_5072060_3234.html?xtmc=fibre_optique&xtcr=27- 2017